artis: a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9

lirik lagu insa – edo (サムライディーパー)

Loading...

[couplet unique]
j’me sens comme kyo d’vant une belle lame
envie d’taillader l’instru, pas vendre mon cul ni chanter bella
si le monde te sourit saches qu’il a les dents roses
car il a goûté plus de sang qu’un tueur enfermé dans oz
han. j’suis adebisi sans la blanche
que des missiles dans mes missives et des floaters sans la planche
j’me lance dans l’avalanche de mots
des textes beaucoup trop lourd déséquilibre sans la balance de flow
c’est insa qui t’écrit ça
mais avant d’quitter l’crime faudra l’achever pour filer fissa
j’fuis les filles sages, les types qui m’jugent au visage
j’rêve de maille et d’visa, filer changer d’paysage
j’adulerai pas ces chiens, j’annulerai pas mes choix
ca joue l’méchant, mais l’plus méchant sait s’faire aduler par ses proies. han
j’balance mon produit dans c’nerf auditif
mais y’a rien d’positif depuis qu’jsuis pt-t gros j’suis l’moins productif
j’fais les 100 pas, j’piétine et j’accélère
rapper c’est sympa, mais y’a du biff seulement si t’es celèbre
disons qu’c’est l’air du temps qui m’donne cet air du-per
au nom du père j’jure que j’ai su faire des écrits percutants
ici pas d’50/50 get rich or get richer
tous avocats du diable comme tobias beecher
on défend l’bifton fiston l’vice est hard
on rêve de chier des billets comme un vrai besoin viscéral, gros
la vie c’est ralph lau, armani et hillfiger
ils nous pointent tous du doigt mais on a l’art d’manier mille finger
on lève celui entre le deux et l’quat’, pas d’attention délicate
a part quand mes khos m’dédic-ssent
mais là c’est violent, va pas croire que la vie est longue
j’ai failli vous haïr, autant p-sser dans violon
ou chier dans contreb-sse, autant vous dire qu’j’m’en contrebats
d’savoir qu’angie rencontre brad
j’ai pas la vie des stars mais j’mène la vie d’un cinéaste
car j’raconte des histoires sans peinture la flemme de dessiner aç
il veulent décimer race qu’est mienne s’attaquent aux black n-gg-
on f’ra des ronds légaux mais plus de plaques au black n-gg-
han. des blairs, y’a pas d’gent-ar
quand y’a pas de sous, souvent les types s’soummettent aux riches
c’est réciproque comme, la haine que le darme-gen a
donc j’me bats contre les deux j’prends du poids comme sumotori
j’arrive à edo, feuille remplie d’fleurs d’cerisiers
entre les tâches de sang j’marche mais jamais je n’baisserai les yeux
et j’vois la vie en rose, à travers les chicots d’la terre
et j’déblatère d’la merde qu’jamais personne ne pourra vérifier
j’suis dans l’kansas, le kansai, un camp d’sayan
pas en cances-va, quand ça rappe j’fous le faya
j’fais du rap gars, dis moi tu vends mozart à qui ?
j’maîtrise mon arme comme kyoshiro, zoro ou zaraki

[outrp]
j’marche dans ma ville comme un samurai à edo
toujours plus loin comme un samurai
j’marche dans ma ville comme un criminel à crenshaw
plus profond comme un samurai