artis: a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9

lirik lagu eddy de pretto – genre

Loading...

mon dieu, t’es tellement maigre
que lorsque l’on t’inspecte
on s’inquiète et l’on te tèj

à pet-ts coups de coups de miettes
bah ouais, t’es tellement mince
dans ton plus simple appareil
qu’on ne voit plus qu’une laisse
tenue par de grands rires coup de poing
t’as beau faire le malin
pousser des poids même jusqu’aux cernes
tu finis toujours crétin
avec ton air qui veut faire bien
on me dit “force égale règne”
alors t’essaies même si tu saignes
avec ton pet-t tour de rein
t’as beau t’en tirer
rien à ta fin

non mais hey tu délires
à tenter d’être toujours en force
fais pas semblant d’être en cuir
alors que tu pleures tout comme un gosse
non mais hey tu délires
tu ne resteras qu’un grand sac d’os
qui fera genre parmi les rires
des dimanches soirs près de la salle de sport

non mais hey tu fais un concours
de celui qui gonfle les pecs
à imiter ces coqs b-sse-cour
qui se répètent d’être de vrais mecs
toi, bah tu fais genre
pour tenter de t’approcher
du voyou fort et musclé
de soixante kilos à tout c-sser
ha bah ouais faut se faire voir
faut se faire respecter
surtout se plaire dans le miroir
tout en marchant épaules galbées
t’es mal barré pour faire croire
que t’es qu’un dur écervelé

non mais hey tu délires
à tenter d’être toujours en force
fais pas semblant d’être en cuir
alors que tu pleures tout comme un gosse
non mais hey tu délires
tu ne resteras qu’un grand sac d’os
qui fera genre parmi les rires
des dimanches soirs près de la salle de sport

hey reviens, ne cache pas tout ce qui dép-sse
avec ce pet-t masque d’audience
qui te promet de pas p-sser à l’as
sans être gonflé à race
t’auras ta place mirobolante
grâce à cette pet-te voix intense
tout bas en toi fort dissonante

ho ho ho ho, ho ho ho ho ho…
ho ho ho ho, ho ho ho ho ho…

non mais hey tu délires
à tenter d’être toujours en force
fais pas semblant d’être en cuir
alors que tu pleures tout comme un gosse
non mais hey tu délires
tu ne resteras qu’un grand sac d’os
qui fera genre parmi les rires
des dimanches soirs près de la salle de sport