lirik.web.id
a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 #

lirik lagu 1995 – jet lag

Loading...

[couplet 1 : alpha wann]
vous êtes trop drôles les mecs quand j’entends vos textes nazes
paye de prolétaire, att-tude de proxénète, là
il faut qu’les faux négros s’réveillent car
personne n’a l’bras -ssez long pour boxer ‘vec phaal
blunt phillies entre les dents, j’atteins la nébuleuse
le temps c’est de l’argent, j’rentabilise l’avance que j’ai sur eux
les loups graillent et les moutons bêlent
concerts presque tous complets
plein d’types disent : ” la vie est une pute ”
alors on va dire qu’nos couilles sont pleines
j’viens leur mettre leur claque, j’couche mon texte
pour m’en mettre une j’roule mon pet, quelques heures p-ssent
j’double mon pèze, j’touche mon ‘seille et les foules font yeah !
qui vous a donné le permis d’jacter ?
du lundi au lundi j’charbonne, inchallah qu’ça s’termine jamais
tant que j’avance avec mes 5 ninjas, yo

[samples]

[refrain : fonky flav’] ×2
ma mille-fa et mes soces me voient peu, charbonneur
on vit la nuit entre flashs et sales odeurs
ouais, ouais… et ma tête tourne comme le périph’
jet lag, paris sud, car le gent-ar s’mérite

[samples]

[couplet 2 : sneazzy]
je n’baise que des pet-tes pét-sses branchées
j’vis dans la tentation, ma mère doute de mes fréquentations
j’traîne qu’avec le cinéma français
j’me donne moins d’cinq ans pour tout rafler
histoire que t’hallucines, j’me ramènerai
seulement pour la fame aux victoires de la musique
j’taffe dans l’tour-bus pour un premier rôle
négro, une pub donc un gros cachet
21 ans, j’ai pas mon bac mais je n’suis déjà plus locataire
j’investis dans de lourds délires, à peine la majorité aux states
d’ceux qui s’en sortent, j’suis l’but en or
j’viens juste d’atomiser vos rêves
un double neuf cinq est dans l’immeuble, c’est la loi du biff-biff
quoi d’neuf, b-tch ? on a des secrétaires, des pin-up
j’suis dans la mode et dans le design
sache qu’il n’s’agit que de crari
j’te l’accorde ça fait bizarre, moi, qui p-ssais ma vie au c-sse-pipe
depuis l’temps que je prie la nuit, j’ai jamais arrêté d’me saucer
mes vœux ont été exaucés, aujourd’hui, j’vis une vie rapide

[samples]

[refrain : fonky flav’] ×2

[samples]

[outro]