lirik.web.id
a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 #

lirik lagu 12mé – tire-moi de ce cauchemar

Loading...

[couplet 1]
levé fonce-dé, couché fonce-dé, ma vie ressemble
a un film gore où toutes les femmes sont des condés
quand j’me regarde au fond d’la glace, j’vois un zombie
un type qui est en bonne phase pour devenir un tomby
ce fait m’effraie, je n’peux qu’en faire le constat
sans détenir l’espoir dont tu m’appelles si réponse tu as
tous les postulats m’éclairent mais pas suffisamment
j’aimerais pouvoir en un éclair couper c’filament
idée suicidaire, la raison l’emporte
j’ai l’habitude, plusieurs fois j’ai trouvé l’diable devant ma porte
les mauvaise nouvelles me suivent et se ressemblent toutes
étrange similitude, la déprime a le vent en poupe
je t’en prie, donne-moi du rêve, tire-moi d’ce cauchemar
j’suis victime d’un sort qui doit toucher tous les couches-tard
j’balance mes souffrances sur un papier qui s’froisse
et contemple mon cercueil en attendant qu’il s’f-sse

[couplet 2]
j’poursuis, 17 heures 30, j’émerge et coupe le réveil
avec un tas d’idées en tête qui attendent qu’on les ég-ye
faut juste que j’sorte de ma torpeur, que j’évite le xxx
sans imiter les types qui adorent pleur
j’essaie de rester cool même si l’respect soule
les relous qui s’m-ssent font foule, gloussent quand t’es en lère-ga
incapable de tendre la main, les regards s’écroulent
et les désabusent, j’sens qu’ça coule douce car tel est leur droit
les hommes sont des bouts d’chair en putréfaction
animés par trop d’sentiments et par trop peu d’action
l’hiver est rude cette année, la fleur s’est fanée
mon cœur se glace, mater les pét-sses ne m’fait plus planer
donne-moi du rêve, tire-moi d’ce cauchemar
ou prête-moi un glaive que j’affronte en face la fauche
martelé de toute part, le tout s’barre en mauvais délire
je cherche un exutoire, ma vie voudrait pouvoir embellir

[couplet 3]
certains profitent des jours de fête pour m’la faire à l’envers
voudraient que j’xxx pour voir la vie en vert
mais j’ai vu l’envers du décor, les portes s’étendent sur des kilomètres
y’a plus d’espoir, j’suis pris en traître, voleur déguisé en prêtre
les malfrats resurgissent, essayent de m’secouer
et voudraient regagner chez moi une amitié déjà flouée
coté financier, j’suis pas loin de l’interdit bancaire
un connard dépensier transforme sa vie en enfer
tout fout l’camp et j’me demande si j’ai pas tout fait pour
j’aime pas cette sensation mais j’crois que j’fais trop d’détour
pour trouver l’bonheur, les afres de la vie m’scarifient
poussent ma rage vers les enceintes de ta chaîne hi-fi
j’suis bloqué à la frontière entre songe et réalité
et tout c’que j’fume semble m’aider à l’réaliser
donne-moi du rêve, tire-moi d’ce cauchemar
12mé coule à pic dans une grosse mare