lirik.web.id
a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 #

lirik lagu 12mé – la folie

Loading...

[couplet 1 : 12mé]
j’fais des chansons qui changent pas l’monde mais le font bouger
tu cherches encore ? bah, moi, j’ai trouvé
le filtre de folie qui transforme l’homme en bête immonde
mondanités aux bas quartiers
tous se croisent vu qu’la terre est ronde
les envies priment sur le calme et les gens stressent
on voudrait bien atteindre le plafond
que la pente cesse, du pont d’sèvre
à grange blanche en p-ssant par carnot
toujours les mêmes faits divers imprimés dans les journaux
et quoique tu f-sses c’est une planète encr-ssée
une plaque de marbre en chute libre prête à s’c-sser
j’ai p-ssé trop d’minutes à décrire ces endroits maudits
ou même un 100 mètres carrés bien placé devient un taudis
la terreur prolifère, y’a plus de malades mentaux
qui s’calent en scred dans les ruelles avec un shl-ss sous l’manteau
j’ai menti quand j’ai dit que l’humanité en restait au même stade
elle bascule vers un futur moins stable
ils sont tous dingues, j’donne pas cher d’leur pauvre existence
mais quand ça pète, faut savoir rester à distance
et c’est pour ça qu’je choisis une vie retranchée
trancher les coups, défourailler sur un son fou pour étancher
la soif de sang et d’pensées morbides qui m’rongent bide et
poumons, et qui fait que j’ressemble à monsieur tout le monde
un loco d’plus dans un monde de locos, localité lyon saint-é
deux endroits d’plus où les lions sont cintrés
c’est synthétique, nan, je m’étale sur plusieurs pages
dérèglement mental comme des oiseaux dans leurs cages
la cannabis vient alimenter cette démence
fonce-dés face à dieu, on voudrait demander sa clémence
le moi n’est pas maître dans sa propre maison
une quant-té d’choses crades échappent au contrôle de la raison
on baise, on croit aimer, on idolâtre une image
en âge d’être adulte, on préfère nier l’évidence
les sages sont une espèce en voie de disparition
l’homme est une chimère affreuse
comme si l’on s’était pressé lors d’sa finition
le fanatisme et la came m’attristent
impossible de savoir qui a foutu c’bug dans la matrice

[couplet 2 : man’s]
c’qui fait la beauté d’ce monde crame et part en fumée
la terre s’consume et personne pour -ssumer
on l’-ssomme au fur à mesure
tout l’monde se soucie de l’avenir mais personne pense au futur
ok, y’a trop d’fissures mais tant qu’on avance
un point d’suture suffira à l’essor d’la croissance
on s’croit plus fort qu’elle sans même prendre le recul
on fonce, fout la merde, j’suis formel, ça fait partie d’la formule
l’humanité saine en voie extinction
c’est pas une fable, j’en favorise l’expansion
loin d’être seuls, la terre, un asile de fous
tous en camisole à part ceux qui portent la blouse
tous blasés, l’image choc perd son impact
la comp-ssion n’a plus de sens quand on évite le contact
de l’homme souffrant, comme étant contagieux
l’accoutumance fait qu’on mate ça comme un jeu
hé, réagis, courbe pas l’échine, y’a pas d’magie
xxx l’a écrit mais on t’la pas -ssez dit
tel un sédiment, la folie s’dépose sur nos sentiments
les transforment, nous v’là infirmes ou aformes
et ça s’confirme, on fraternise à la semaine
quand l’vingt heures l’affirme sinon personne s’en mêle
on s’éternise peu surtout si on s’immole à milles lieues d’ici
et si ça t’éclabousse, c’est inadmissible
pas d’mécènes, juste un morceau en guise de missive
donc pas d’soldats ni missi dominici
simplement, on p-sse le mot
c’est pas tout seul qu’on panse les maux
il suffit pas d’pincer les nez et faire confiance en l’être humain
si on veut sauver l’monde, il faut sevrer l’homme
lester nos âmes des parasites engendrés par notre époque
ce grain d’folie nous a trouvé si fertiles
que pour fournir autant d’fruit, pas besoin du purin d’ortie