lirik.web.id
a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 #

lirik lagu 113 – on roule, on rôde

Loading...

[couplet 1 : rim’k]
moi j’pue l’immigration comme une vieille c-ssette de raï
par rapport à c’que j’suis, c’que j’fais, c’que j’graille
j’connais la valeur de la ferraille d’la tune
des dégâts que cause une arme
des corps entourés d’craie, des larmes, des funérailles
j’connais la valeur d’la ferraille, gros
les délires des grosses chaînes
c’est périmé depuis fun raï
extrait du darwa, d’un quartier bouillant d’parias
on raccroche avec le banditisme avec un mariage
ça plaide jamais coupable, inviolable mentalement
ça collectionne les cicatrices depuis garnements
on aime avoir l’dernier mot, foolek impérialement
mais humble, jusqu’à l’enterrement mon grand
j’aime la femme, ou la flamme qu’allume mon deux-feuilles
les failles dans la justice ou les mecs fiables
j’aime parler des choses graves avec un soupçon d’humour
alors l’micro j’le bastonne, j’lui fais l’amour

[refrain]
c’est la routine on roule, on rôde
à l’heure où ça roupille
c’est la routine on roule, on rôde
c’est la routine, j’connais la valeur d’la ferraille, d’la tune, d’l’acier
on roule, on rôde (avec amour)
on roule, on rôde, on roule, on fraude (avec amour)
on s’mouille, on grogne, on s’fout du monde (avec amour)
tout c’qu’on fait avec amour, sans regrets
sans remords, jusqu’à la mort bref, on l’fait..

[couplet 2 : le rat luciano]
sourire aux lèvres, larmes aux yeux
à jeun ou bien ivre, j’me vide
j’pose franc dès qu’mon cœur vibre
c’est avec les plus modestes que j’aime vivre
j’aime l’odeur du béton, car elle aussi m’enivre
au fait, fais-en si tu es majeur et qu’t’as les mains libres
ça risque d’être long comme le combat qu’les miens livrent
eh ma belle, dire c’qu’on aime c’est l’thème
113, f.f, pour tous les anti-système
on aime dieu, on aime mère, on aime père
on aime savoir nos frères heureux
et quand nos sœurs trouvent leurs repères
on aime tenir aux nôtres, jusqu’à nos vies d’dogs
on aime les gens d’la zone et la musique d’hommes
on n’aime pas l’état, on aime leurs sous et leur fameux s-xe
on aime…, glouglou et bang bang
on aime écouter les conseils des anciens
veiller sur les nôtres et remercier dieu chaque matin

[couplet 3 : a.p. du 113]
c’est la routine on roule, on rôde
quand d’autres roupillent
ça s’met en rogne pour des broutilles
on roule, on rôde, on aime les virées nocturnes
les concerts, les compliments sincères
la déroute des commissaires
j’suis pas venu pour aller, j’aime ma vie comme elle est
ses hauts et ses bas, dans mon allée
j’ai pas souvent l’inspiration et quand j’écris
j’les dérange, ma ville m’inspire
la rue c’est ma vie, ma ville : vitry
avec amour depuis l’âge ingrat
depuis qu’la poisse nous colle aux doigts, comme le gras
les bras toujours ouverts pour les proches, mon pote
vigilance en permanence quand les sirènes et les torches s’agitent
on aime quand tu les évites
on aime les coups à la spaggiari
quand les voyous cogitent
quand les potos sont libérés pour bonne conduite
quand on fume, à s’mettre à l’envers comme dans l’grand huit

[refrain]
c’est la routine on roule, on rôde
à l’heure où ça roupille
c’est la routine on roule, on rôde
c’est la routine, j’connais la valeur d’la ferraille, d’la tune, d’l’acier
on roule, on rôde (avec amour)
on roule, on rôde, on roule, on fraude (avec amour)
on s’mouille, on grogne, on s’fout du monde (avec amour)
tout c’qu’on fait avec amour, sans regrets
sans remords, jusqu’à la mort pour toujours

[couplet 4 : don choa]
ouvrez grand les portes, on sait qu’on n’obtient rien sans effort
ancré dans l’décor, personne veut finir à terre ou dans les cordes
regarde ma sœur, et ma rancœur transpirer par mes pores
on en a marre d’voir des gamins embarqués par les cops
j’aime bien quand mes pet-ts cousins travaillent bien à l’école
pas ceux qui portent une mitraillette à l’épaule
j’aime bien m’souvenir, à l’époque
quand tu m’trouvais pourri, sale et pauvre
j’aime quand c’est xxx qui redonne le sourire à mes potes
-ssez haut, j’plane, oh, garde les [tim’ ?] au sol
vite fait d’être coincé dans l’imp-sse ou la camisole
113 et ff, dis bonjour à l’équipe
j’veux pas qu’on nous plaigne, mais qu’on sorte encore des disques
j’aime bien voir des gens partis d’rien s’en sortir
sinon, comme toi, j’aime bien manger, baiser et dormir
j’aime bien plein d’choses sans les aimer toutes pareilles
t’aimes pas tout c’que j’aime bien ; on n’est pas tous pareils

[refrain]
c’est la routine on roule, on rôde
à l’heure où ça roupille
c’est la routine on roule, on rôde
c’est la routine, j’connais la valeur d’la ferraille, d’la tune, d’l’acier
on roule, on rôde (avec amour)
on roule, on rôde, on roule, on fraude (avec amour)
on s’mouille, on grogne, on s’fout du monde (avec amour)
tout c’qu’on fait avec amour, sans regrets
sans remords, jusqu’à la mort xxx